• Actions des chercheurs CNRS et universités de Toulouse

    On s'oriente vers le démantèlement rapide du CNRS. Le CNRS sera découpé en 6 instituts, dont ne feront pas partie les sciences de la vie (pilotées par l'Inserm, en lien avec l'Inra et le CEA), l'informatique (pilotée conjointement par l'Inria) et les sciences humaines et sociales, dont l'avenir sera fixé fin 2008, au moment de la signature du contrat d'objectifs entre le CNRS et l'Etat. La ministre nommera les directeurs d'instituts, qui géreront les budgets en directoire, sur le principe des appels d'offres. Le budget de chaque institut sera voté indépendamment de celui du CNRS par le parlement. C'est la fin annoncée de la multidisciplinarité, et de l'indépendance de la recherche vis-à-vis du politique et de l'Economie, sur fond de recul de la démocratie !Ces orientations ne sont toutefois qu'un volet de la politique gouvernementale :En ce qui concerne l'emploi, la précarité devient la règle, les suppressions massives de postes, la flexibilisation des fonctionnaires et leur redéploiement sont d'ores et déjà annoncés au travers de la Révision Générale des Politiques Publiques. Instauration d'une rémunération en trois parties : une fixe, une liée à l'emploi ou au métier et une « au mérite », dépendant des objectifs fixés par la hiérarchie. Ensemble, exigeons :Le respect des missions de service public de la recherche et de l'Enseignement supérieur ;La préservation du potentiel scientifique, du rôle des universités et de tous les organismes comme opérateurs publics ;Un CNRS pluridisciplinaire, qui ne soit pas déstructuré en instituts ;Des financements publics par des soutiens de base à un niveau suffisant ;Une politique  de coopération entre organismes et universités ;Une politique de l'emploi répondant aux besoins : remplacer tous les départs ;  5000 créations d'emplois statutaires par an (toutes catégories), résorption de la précarité ;Le respect des statuts, la reconnaissance des qualifications et une meilleure attractivité des carrières.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    A l'appel de l'intersyndicale recherche/enseignement supérieur et de l'association « Sauvons la Recherche »

    Rendez-vous le 19 juin à 8h45devant la délégation du CNRS9h00 : Occupation de la délégation (comme dans plusieurs régions, avec appel au blocage du Conseil d'Administration)12h00 : Rassemblement / Pique-nique - Place du Capitole
    <o:p> </o:p>
    Les membres de TRACES réunis en Assemblée générale, le 10 juin 2008, tiennent à exprimer leur vive inquiétude et leur profond désaccord au sujet des dispositions annoncées concernant le CNRS. Sous couvert de lisibilité et d'efficacité, son découpage en Instituts dotés d'un directeur nommé par le ministre accentue le contrôle par le pouvoir politique et le dessaisissement de la communauté scientifique sur les orientations en matière de recherche. Ce découpage s'ajoute à la généralisation du financement sur projets à court terme finalisés et à l'augmentation de la proportion de postes précaires. Ces dispositions, en pesant lourdement sur la liberté et la créativité des chercheurs, sont de nature à nuire à la production de connaissances et aux possibilités d'innovations qui en découlent. De plus, cette réforme va de pair avec un nouveau texte sur le Comité National de la Recherche Scientifique (CoNRS), vidant pratiquement son rôle de toute substance. En qualité d'équipe de recherche en SHS, nous nous inquiétons tout particulièrement du sort réservé à ce champ disciplinaire dans les nouvelles dispositions proposées par la direction du CNRS puisque la création initialement prévue d'un Institut national des SHS a été repoussée sine die. Les membres de TRACES demandent au Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche ainsi qu'à la direction du CNRS l'arrêt du démantèlement de la recherche publique.
    <o:p> </o:p>Motion votée à l'unanimité (61 votants)
    -------------------------------------------------------
    <o:p></o:p>

     

    Face au refus de la ministre d'entendre nos revendications et les propositions que nous avons faites, SLR et plusieurs syndicats appellent au blocage du Conseil d'Administration du CNRS prévu le 19 juin prochain et, sur Toulouse, appellent au blocage de la Délégation régionale du CNRS à partir de 8h45 et à un rassemblement à la place du Capitole à 12h00. Nous demandons notamment que le CNRS puisse disposer de tous les moyens nécessaires à la définition et à la mise en oeuvre de sa politique scientifique et que toutes les disciplines actuellement présentes y soient maintenues.

    <o:p> </o:p>

    AG, Mardi 17 juin, 12-13h30, Maison de la Recherche, salle D30. Venez nombreux pour discuter avec l'ensemble de vos collègues de la situation alarmante du CNRS et plus généralement de celle de l'ensemble de la recherche et de l'enseignement supérieur en France et pour proposer les meilleures réponses à lui apporter. La Recherche publique en danger !


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :