• Je classe, tu inscrits, il déclasse…

    12h10. Le téléphone sonne. En voyant l’heure, je m’attends à recevoir un de ces démarchages téléphoniques qui égrènent les journées de travail… Ô surprise,  il s’agit d’un personnel des Monuments Historiques qui m’entreprend sur les peintures murales de la chapelle de B., en me demandant notamment si celles-ci ont un quelconque intérêt.

     Car à son avis, elles n’en ont aucun. Certes elles sont datées de la fin du XVI ème siècle, mais elles ont été entièrement repeintes au XIX ème. Bref il n’y a plus d’original… Certes aussi, il n’a pu les voir qu’à la lampe torche... mais quand même, il se demande bien pourquoi elles ont été classées au titre des Monuments Historiques, en plus en tant qu’ « objet mobilier ».

    Ayant eu la chance d’observer ces peintures avec un éclairage adapté, je me permets de l’informer qu’un dossier complet a été réalisé quelques années auparavant et de commencer à lui détailler l’intérêt de ce cycle peint. A l’issue de l’entretien, ne comprenant pas où menait tout cela, je m’autorise à lui demander la cause de ce grand questionnement.

    Et bien, tout simplement, le Ministère de la Culture a demandé aux DRACs de « remettre à plat » tous les anciens classements !

     

    Une fois le téléphone raccroché, cela a commencé à trotter dans ma tête. Remettre à plat, remettre à plat…Mais qu’entend le Ministère par cette formule ? Je cherche désespérément l’intérêt d’un travail a priori colossal (plus de 14 000 édifices classés en France en 2007). Faute d’autre chose, une pensée mesquine me vient à l’esprit, une de ces idées qui traversent l’esprit mais dont on a tout de suite un peu honte tant elles paraissent saugrenues. Non, ce n’est pas possible, ce ne serait tout de même pas pour déclasser des sites en vue de… faire des économies de bouts de chandelles ? D’où peut-être la lampe torche …

     

    Me voilà donc sur internet.

    … Alors, pour classer un édifice, un dossier constitué par la conservation régionale des monuments historiques est examiné par la CRPS (commission régionale du patrimoine et des sites, composée de 30 membres). L’arrêté d’inscription est signé par le Préfet puis transmis au Ministère…

    Mais qu’en est-il du déclassement ? La question avait été posée au Ministre de la Culture en 2003[1]. Selon l’article 13 de la loi du 31 décembre 1913, " le déclassement total ou partiel d'un immeuble classé est prononcé par un décret en Conseil d'Etat, soit sur la proposition du ministre chargé des affaires culturelles, soit à la demande du propriétaire ". Je continue ma lecture  et me trouve rassurée : « Dans la réalité, un tel déclassement est rarissime : aucun n'est intervenu au cours des dix dernières années. »……

     

    Mieux encore : concernant la question des immeubles inscrits à l’inventaire supplémentaire, « une circulaire ministérielle du 15 juin 2001 recommande aux préfets de région que, lors du réexamen des listes d'édifices inscrits, seules soient abrogées les inscriptions devenues inutiles lorsque les édifices considérés ont été entièrement ou en majeure partie détruits soit par faits de guerre, soit à la suite de démolitions légalement autorisées. »

     

     

    Ouf ! Rassurée, je quitte mon écran pour retourner à mes chères études quand tout à coup un doute m’assaille. Une petite voix intérieure se demande si les « coupes budgétaires » qui sévissent depuis 2005 dans le domaine du patrimoine ne correspondraient pas aux fameuses « démolitions légalement autorisées » ? A moins que, fièvre du travail aidant, je ne me sois pas rendu compte, au fond de ma province, de récents « faits de guerre » …d’où peut-être la lampe torche ?

     

     

    Françoise Tollon



    [1] Question écrite n° 08689 de M. Raymond Courrière (Aude - SOC) publiée dans le JO Sénat du 31/07/2003 - page 2429, Réponse du Ministère de la culture et de la communication publiée dans le JO Sénat du 02/10/2003 - page 2972, http://www.senat.fr/questions/base/2003/qSEQ030708689.html

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Françoise
    Lundi 6 Juillet 2009 à 11:40
    Vous avez dit déclassement?
    Déclassement... Le mot est décidément à l'ordre du jour. En effet, une proposition de loi visant à mettre fin à l'inaliénabilité des oeuvres de musées est revenue sur la table fin juin... Voir à ce propos La Tribune de l'Art : http://www.latribunedelart.com/Musees/Musees_2009/Rapport_Alienabilite_Richert_555.htm
    2
    Françoise
    Lundi 6 Juillet 2009 à 11:46
    suite...
    ... et http://www.latribunedelart.com/Nouvelles_breves/Breves_2009/06_09/Communique_AGCCPF_1037.htm A suivre sur La Tribune... J'INSCRIS (!), tu classes, il déclasse...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :