• Journées de sensibilisation à la peinture murale

    Journées de formation continue les 18, 19 et 20 octobre 2006 à Toulouse.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Ces journées ont été organisées à l'initiative du Service de l'Inventaire de Midi-Pyrénées et ont eu lieu dans les locaux de la DRAC à Toulouse. Elles s'adressaient tout particulièrement aux architectes (Architectes en Chef des Monuments Historique, Architectes des Bâtiments de France et Architectes du Patrimoine).


    Deux membres de l'ACRMP y ont assisté en tant qu'intervenants : Jean-Marc Stouffs et Françoise Tollon.


    Finalement, l'auditoire, somme toute peu nombreux, était principalement constitué d'Architectes du Patrimoine et de Conservateurs des Antiquités et Objets d'Art, 1 Architecte en Chef des Monuments Historiques et 1 Architecte des Bâtiment de France (ces chiffres ne tiennent compte que de l'auditoire et non des intervenants).

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Il a donc été question, pendant trois jours, de peinture murale, vue sous tous les angles : du point de l'histoire de l'art à celui de la restauration en passant par la technique, les analyses, l'inventaire,  la divulgation... D'où la diversité des intervenants : historiens d'art, Conservateur du Patrimoine, ingénieur au Service de l'Inventaire, chimistes, ACMH, ABF, CAOA, restaurateurs. Diversité qui, rappelons-le, témoigne de la nécessaire multidisciplinarité lorsqu'il est question de peinture murale mais au-delà, de tout objet mobilier.

    <o:p> </o:p>

    Le programme a été organisé par thèmes généraux.

    <o:p> </o:p>

    • Un langage commun à mettre en place pour une approche de la peinture murale.

    - Bilan sur les protections au titre des Monuments Historiques en Midi-Pyrénées (uniquement concernant les peintures murales), avec une approche de la notion de peinture murale et de sa diversité.


    - Rappel du vocabulaire autour de la peinture murale (notamment lié aux techniques) et inventaire des peintures murales de la Région Midi-Pyrénées.


    - Aperçu de l'histoire régionale de la peinture murale et de ses particularités.


    - Les cadres institutionnels et financiers de la conservation de la peinture murale. Au travers d'exemple, il a été présenté le travail des ACMH et des ABF.

    <o:p> </o:p>

    • La conservation-restauration de la peinture murale.

    - Les analyses scientifiques : présentation du LRMH (Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques) et d'un labo indépendant, le CRITT-DIAC. Inventaire des analyses possibles et de ce qu'elles apportent à la connaissance de l'œuvre.


    - Expérience d'une restauration pour une petite commune, Vals, retracée par le maire et l'animateur du patrimoine.


    - Présentation de l'Association des Conservateurs Restaurateurs de Midi-Pyrénées


    - De l'étude préalable, intérêt et contenu : diagnostic, rapport détaillé des sondages, protocole, conditions de conservation, conservation préventive...


    - Deux études de cas : Notre-Dame du Taur à Toulouse et la cathédrale Sainte-Cécile à Albi.

    <o:p> </o:p>

    • Exemples concrets

    - « Restaurateurs et historiens d'art ». A partir de l'exemple d'une restauration d'une petite chapelle en PACA, mise  en évidence la nécessité de la collaboration entre l'historien d'art et le restaurateur. Dans ce cas, elle a permis d'établir puis de vérifier la présence d'une iconographie spécifique et particulière à une partie de la région PACA : « le Christ du dimanche ».


    - Le projet de Notre-Dame de la Sède à Saint-Lizier (Ariège)


    - Un exemple espagnol : présentation d'Ars Picta, un site sur les peintures murale catalanes qui contient toutes les informations possibles sur celles-ci.

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Ces journées ont permis de faire un état des lieux sur la peinture murale. Les débats qui ont suivi les interventions ont notamment porté sur la conservation restauration de la peinture murale :


    - Il a été clairement distingué la conservation restauration de la restitution.


    - Le problème des cahiers des charges a été assez largement évoqué. La nécessité de faire réaliser des études préalables par des conservateurs restaurateurs a été démontrée, car celles-ci permettent d'ajuster le cahier des charges à chaque cas particulier. Il a été rappelé qu'une étude préalable n'est pas nécessairement une étape extrêmement coûteuse et qu'il s'agit, en fonction de la taille de la peinture et des difficultés qu'elle présente, d'adapter les objectifs de l'étude et de l'inscrire dans le cadre d'un projet global.


    - Il a enfin été débattu du rapport entre maître d'ouvrage, maître d'œuvre et restaurateur. La nécessité de la multidisciplinarité, de la mise en commun des différents savoirs a été souvent soulignée.

    <o:p> </o:p>

    Pour conclure ces journées se sont révélées fort intéressantes et nous ne pouvons que saluer ce genre d'initiative. Si les Architectes du Patrimoine ont dans l'ensemble répondu présent, nous ne pouvons que déplorer le peu d'écho suscité par ces journées auprès des architectes institutionnels (ACMH et ABF), pourtant régulièrement confrontés à la conservation-restauration de peinture murale.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :