• La Culture en question

    C'est bien tard que j'ai pu lire l'article de Monsieur De Baeque intitulé « Culture : un abandon suicidaire », paru dans le Nouvel Observateur le 13 mars 2008[1], dont voici quelques extraits ainsi que la réponse que j'ai faite au Nouvel Observateur....  
    L'article, qui débute par « la politique culturelle de la France est en panne », se termine ainsi :

    « ... Sarkozy en profite pour s'attaquer à l'autre soubassement de la politique culturelle : les aides aux créateurs, les subventions aux institutions théâtrales, cinématographiques ou muséales. Sarkozy va plus loin que ses prédécesseurs, et ce qui est en ligne de mire est le soutien aux artistes et à la création. Cet abandon serait cependant suicidaire et catastrophique car il ajouterait une crise à une autre crise : à l'échec de la démocratisation culturelle s'adjoindrait l'abandon de l'aide aux créateurs. Après avoir fait le deuil de la culture pour tous, Sarkozy voudrait ainsi démanteler le soutien aux artistes, ce qui est pourtant la marque essentielle de la culture à la française depuis Louis XIV et Colbert ».

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>« Culture : un abandon suicidaire »... le titre est alléchant quand on se désespère de l'appauvrissement - dans tous les sens du terme - de la Culture dans notre pays.
    Cependant, à la lecture de l'article – avec lequel je ne puis qu'être d'accord –  je reste sur ma faim...
    Oui le Ministère de la culture est démantelé, oui « les aides aux créateurs, les subventions aux institutions théâtrales, cinématographiques ou muséales » ont été largement amputées, mais jusqu'où faudra-t-il en arriver pour que les médias s'emparent de la situation du patrimoine[2] ? J'entends par là non pas la sélection patrimoniale présentée dans les grands musées, mais tout le reste du patrimoine, celui que l'on trouve dans les petits musées de province, dans les églises et qui est parfois protégé au titre des Monuments Historiques.
    Dans ce domaine de la culture, ignoré des médias, les problèmes foisonnent. Mais ne retenons que celui de l'abandon. Il a eu beau être dénoncé, et depuis longtemps, par toutes sortes de rapports[3], y compris en quelques lignes par le rapport de la cour des comptes[4], rien ne se passe, aucune mobilisation professionnelle ou médiatique.
    Pour exemple en Midi-Pyrénées, en cinq ans, les budgets DRAC alloués à la restauration du bâti ont chuté de 100%, quant aux objets mobiliers, les subventions Etat ont été divisées par quatre...
    La Culture, c'est la diversité, et c'est elle qui est ainsi taillée en pièce. La Culture, c'est la transmission, l'enrichissement par la création des anciens. Malgré la tendance actuelle, je persiste à croire qu'un artiste ne peut créer sa propre œuvre qu'après avoir digéré celle de ses prédécesseurs. De quoi se nourriront les créateurs quand une grande partie du patrimoine aura disparu, faute d'entretien, faute de budget ?

    Culture, un abandon suicidaire : certes. Patrimoine, non assistance à personne en danger : certainement!".

     
    Françoise Tollon
     


    [1] http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2262/articles/a369282-.html

    [2] Je n'ai malheureusement pas lu le livre de M. De Baeque, «Crises dans la culture française. Anatomie d'un échec», c'est à l'article que je réagis, car ce sont bien les médias qui, avec leur large diffusion, modèlent l'idée de ce qu'est la Culture et force est de constater que d'un manière générale, le patrimoine en est absent.

    [3] Rapport de M. Philippe Nachbar, déposé au Sénat le 24Octobre 2006, rapport de M. Christian Kert, déposé à l'Assemblée Nationale le 19 décembre 2006

    [4] Rapport public thématique de la Cour des Comptes, « Les grands chantiers Culturels », 12 décembre 2007



    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :