• Le débat n'a pas eu lieu

    La scène se passe au Conseil Régional de Midi-Pyrénées, le 24 septembre 2008, avec pour titre : « Ateliers du patrimoine, 3ème du nom  ».


    Acte 1 : « les acteurs du patrimoine », rassemblés dans un grand amphithéâtre écoutent les allocutions qui introduisent la journée. On y retrouve les mêmes mots que dans les séances précédentes : tourisme, patrimoine, levier, développement économique, tourisme et hébergement, échange, réseau, transversalité, tourisme et déplacement, publicité ( !), économie, tourisme et visites, grands sites, cœurs de villages... et cette année, l'accent est mis sur l'ANVPAH[1], les VSSP[2] et ZPPAUP[3] ( !).


    Acte 2 : changement de décor. Les Acteurs du Patrimoine[4] s'éparpillent dans quatre salles plus intimes, pour participer aux « ateliers ». Cet acte, à la différence du premier, est là pour permettre le débat ; il se déroule ainsi : après quatre petites présentations qui éclairent le thème de l'atelier, les AP sont invités à poser des questions ou discuter autour du dit thème.
    Atelier 3, scène 1 : « Le patrimoine, une image à renforcer, un facteur de développement durable ». Je ne ferai pas l'exégèse de l'intitulé, pas plus que celui des titres des interventions[5]...  mais les mots  résonnent encore : développement économique, développement durable, partenariat, réseau, transversalité, acteurs locaux, projet culturel, projet global, attractivité, économie, tourisme, mise en tourisme, plan marketing, client, stratégie, nouvelle image... Et la déclamation lumineuse de cette scène 1 : Midi-Pyrénées, la « civilisation de l'épanouissement », « liberté, intensité, Midi-Pyrénées ». - Après un long silence de recueillement, le public, ébloui, attend la suite. 


    Atelier 3 scène 2 : le décor est inchangé mais les projecteurs se retournent : ce sont maintenant aux AP de rentrer en scène pour débattre... Le silence est toujours aussi retentissant.
    Un AP CAOA se lance, regrettant qu'il soit si peu question des objets mobiliers. Je saute sur l'occasion pour appuyer la remarque, mais je suis une piètre actrice, le trac me fait bafouiller et rend ma voix rageuse. De toutes les façons, nous nous faisons renvoyer en coulisses, tant par le modérateur que par les AP eux-mêmes, au motif que nous sommes... hors sujet ! Et que l'atelier n'est pas de lieu des « revendications personnelles » et de l'expression des « frustrations ».
    Une AP plus aguerrie ose alors une entrée en scène, soulignant préalablement que ce qui va être énoncé n'est pas une revendication personnelle ( !). Il faut repenser l'organisation des liens entre patrimoine et tourisme car « l'argent généré par ce dernier ne revient pas au patrimoine » ;  à l'appui de son argumentation est cité l'exemple d'un élu qui a accepté d'embaucher trois personnes pour le tourisme mais pas une seule pour le patrimoine... Double remarque rejetée par le modérateur au prétexte quelle est hors sujet dans cet atelier. - Sortie de scène pour cette téméraire AP.
    Quelques AP font ensuite de brèves déclamations, mais il est l'heure ; le modérateur clôt la scène, regrettant que le « débat » n'ait pas abordé le partenariat public/privé.
    - RIDEAU.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>... Aparté : pour avoir « participé » à la première session de ces ateliers (7 mars 2007) je ne me faisais guère d'illusions quant à l'aspect interactif de ce genre de journées... Mais la scène 2 de l'acte 2 a battu tous les records...
    <o:p> </o:p>Pour ce qui est des objets mobiliers, mea culpa, je n'ai su m'exprimer intelligiblement (ou intelligemment...). Toutefois, la manière dont nous nous sommes faits remballer me laisse coite.  
    Quant à l'étiquette « hors sujet » collée sur toute remarque à propos de l'entretien du patrimoine, elle est inacceptable. Dans un atelier où l'on a parlé sans cesse de tourisme et de développement durable, la question était justement, absolument, fondamentalement pertinente. Sur 15 millions de touristes par an en Midi-Pyrénées, 13 d'entre eux visitent les « grands sites » patrimoniaux... C'est là une incroyable manne financière pour la région et si effectivement on souhaite un « développement durable », une partie de la recette doit revenir au patrimoine, pour son entretien et sa conservation. Faute de quoi preuve sera faite qu'il est bien « bio-dégradable »


    Françoise Tollon



    [1] Association Nationale Villes et Pays d'Histoire

    [2] Villes à Secteurs Sauvegardés et Protégés

    [3] Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager

    [4] Acteurs du Patrimoine : nom de code AP.

    [5] « Le PAH, ses effets en terme de développement local et d'aménagement », « La place du patrimoine dans la communication et le tourisme régional », « L'audit identitaire, un outil de communication pour le territoire », « Les échanges techniques, économiques et culturel internationaux »



    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :