• Message d'alerte archéologique

    Courrier adressé aux 29 DRAC de Métropole et des DOM-TOM


    Objet : message d'alerte archéologique : le massif de Lespugue-Montmaurin en danger

    Monsieur le Directeur du Service Régional d'Archéologie,

    Vous connaissez très bien Lespugue et sa Vénus, et aussi bien sûr  la villa gallo-romaine et la bastide du village de Montmaurin, son lion des cavernes - machairodus (Mindel-Riss) - et sa mâchoire de pré-néanderthalien (Riss-Würm, 300 000 ans ou quelque chose d'approchant).
    Dans un site très voisin (moins d'un kilomètre) de la trouvaille exceptionnelle de Coupe-Gorge de Louis Méroc et dans le même massif calcaire Dano-Montien (comme on le voit facilement sur la carte géologique Boulogne sur Gesse XVIII-45 au 1/50000 du BRGM, si vous regardez cette carte vous pourrez positionner facilement le projet d'extraction entre la lettre e1 et  Bois de la Hage, en bas à droite, à l'endroit où il est écrit cal  !!!  pour calcaire),  en bordure de la Saygouade, la mairie du village de Montmaurin lance une enquête publique pour l'exploitation à l'échelle industrielle d'une carrière de graviers qui seraient concassés sur place, avec un débit annuel de 200 000 tonnes par an (des charges explosives mensuelles de 2000 kilos etc...) au mépris de la richesse archéologique, historique et humaine de ce site - les terrains protégés de Lespugue sont à moins d'un kilomètre à vol d'oiseau, où une carrière similaire en bout des Gorges de la Save avait été stoppée pour cette raison sensible pour tout humaniste , et pas seulement les amateurs de vieilles pierres, comme nous le dit le commissaire enquêteur.
    Je ne crois pas que cette - mauvaise - nouvelle vous réjouisse, mais nous serions heureux si vous pouviez nous envoyer une réaction marquant votre préoccupation à l'annonce d'un tel projet : cela aurait un poids bien supérieur à notre agitation dérisoire eu égard aux intérêts financiers importants du projet (deux millions d'euros par an de chiffre d'affaires, au bas mot ... et trente mille euros par an d'aumône pour la commune ...)  dans le dossier de l'enquête publique déjà en cours. Le SRA de Midi Pyrénées ne s'est même pas fait représenter lors de la réunion publique du vendredi 28 mars dernier à Montmaurin où le commissaire enquêteur avait réuni tous les acteurs du projet devant une assistance houleuse. 
    Les responsables de l'archéologie ainsi que la communauté scientifique tout entière méritent d'être avertis et ne peuvent rester indifférents à ce déni d'un patrimoine archéologique exceptionnel couvrant toute l'activité humaine, depuis la préhistoire jusqu'au Moyen Âge (les ruines du château de Roquebrune se trouvent sur la colline même visée par les exploitants de la carrière).
    En espérant pouvoir vous atteindre par ce mail, et à votre disposition pour toute information complémentaire que vous solliciteriez, nous vous adressons nos plus cordiales et respectueuses salutations.

    Stéphane Fargeot et  Thérèse Miro
    secrétaire de l"ADAQ-Vie Save-Gesse chargée du musée archéologique de Montmaurin (préhistoire et gallo-romain)

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :