• MINI PRIX MAIS IL FAIT LE MAXIMUM...

                Voici deux ans que l'ACRMP cherche à dialoguer avec la DRAC sur le problème de la conservation - restauration des objets mobiliers. Deux ans que l'on nous promet, faute d'obtenir le rétablissement des lignes de crédits alloués au patrimoine, de « restaurer moins mais de restaurer mieux ». On a même tenté de nous faire comprendre qu'il s'agissait là d'une « occasion » à saisir, pour faire différemment : plutôt que de voir la bouteille au trois quart vide, admirons l'incroyable opportunité de repartir à zéro. 

                C'est dans ce contexte que vient de paraître cette année l'un des rares appels d'offre organisés par la DRAC Midi-Pyrénées concernant la restauration du grand salon du collège Champollion à Figeac[1] (46). La lecture du document est une nouvelle fois édifiante : alors que la DRAC est maître d'œuvre, aucune qualification autre que la très brumeuse « références de chantiers similaires de moins de trois ans » n'est exigée. Pire, parmi les critères d'attribution du marché, le prix représente ...70%[2] !
                C'est pourquoi le CA de l'ACRMP a décidé d'interpeller le Directeur Régional des Affaires Culturelles de Midi-Pyrénées en lui rédigeant le ... le courrier suivant (courrier remis à la DRAC le 11 mars 2008).


             Monsieur le Directeur Régional,
    Suite à publication dans le BOAMP le premier mars 2008 d'un appel à candidature émanant de vos services et concernant le collège Champollion de Figeac  pour la restauration du grand salon, nous nous étonnons des critères retenus pour l'attribution de la prestation du lot n° 3 intitulé « lot peinture murale » se rapportant à la restauration d'un plafond peint, de toiles et de panneaux en bois peint, ce qui, vous en conviendrez, ne relève pas vraiment de la peinture murale...
    Depuis déjà un certain temps, nous avons eu à l'occasion de nos différentes rencontres l'opportunité d'attirer votre attention, et celle de vos services, sur la nécessité de faire appel  en matière de conservation restauration des biens culturels classés au titre des Monuments Historiques, à des professionnels ayant les compétences d'une intervention de qualité. C'est à dire ayant les capacités garanties par une formation et une expérience professionnelle, à faire des propositions techniques pertinentes au regard des pathologies constatées sur les oeuvres, à établir des protocoles d'interventions, et à intervenir conformément aux critères déontologiques en vigueur.
    Ces critères, qui nous paraissent relever d'un certain bon sens et que nous pensions acquis, ne semblent pas être pris en compte ni dans cet appel à candidature, ni dans la phase d'attribution du marché.
    En effet, nous n'avons d'une part, qu'une seule référence de travaux similaires de moins de trois ans demandée (ce qui semble assez délicat lorsque l'on connaît la raréfaction des chantiers ces dernières années) et, d'autre part, les pourcentages attribués aux deux critères de sélection retenus pour l'attribution du marché, favorisent largement le prix au détriment de la valeur technique de l'offre...
    Nous sommes d'autant plus étonnés que ressortait de notre dernière rencontre avec vos services et Madame Judith Kagan, une volonté de la part des Monuments Historiques de porter une attention accrue à la qualité des interventions sur le classé (volonté d'ailleurs affichée par Madame Kagan dans le dernier numéro paru de Monumental).
    Nous espérons qu'après avoir bien voulu porter attention à nos remarques, les critères pour l'attribution de ce marché pourront être modifiés.
    Dans l'attente d'une réponse qui nous obligerait, et en souhaitant que vous comprendrez le bien fondé de notre démarche qui ne vise qu'à garantir au mieux la pérennité de notre patrimoine, nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur, à notre parfaite considération.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>                                                                                             L'ACRMP


    [1] Annonce N°42, publiée le 01/03/2008 dans le BOAMP  044 A, dépt. 31

    [2] On peut noter qu'il est extrêmement rare, même lorsque les collectivités sont maître d'œuvre, de trouver des critères de prix à 70%. A titre d'exemple, l'appel d'offre de Dax, publié au même moment, a réparti les critères suivants : prix 40%, valeur technique des prestations 30%, adéquation avec le cahier des charges 20%, performance en matière d'environnement 10%.



    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :