• Petite contribution au Grenelle de l'environnement ...

               Pour démarrer son Grenelle de l'environnement, qui commence mercredi 24 octobre, le gouvernement a décidé de lancer un appel à toutes les bonnes volontés afin de recueillir le maximum de suggestions innovantes. Et comme les petites rivières font un jour les grands fleuves, voici en quelques lignes ma modeste, mais je l'espère utile, contribution.

    Tout d'abord, en ce qui concerne les économies de carburant, peut-être pourrait-on suggérer des déplacements groupés pour réaliser nos devis. En effet la multiplication des consultations, et particulièrement des appels d'offres, nous amène de plus en plus fréquemment à nous déplacer loin de nos ateliers.  Nous pourrions ainsi mettre en place un système de co-voiturage particulièrement économique pour nos amis parisiens qui viennent sillonner notre belle région. Autre suggestion, plus utile encore, serait de suivre l'exemple de certains de nos collègues qui, dans un salutaire élan citoyen, n'hésitent plus à réaliser leur devis sans se déplacer ni voir les objets!

    Pour les problèmes d'économie d'eau, certains ont déjà apporté un début de solution. Ainsi pourrions nous nous inspirer de leur trouvaille en éliminant les opérations de décrassage avant certains traitements.  Car quoi de plus inutile qu'un décrassage de surface avant un retrait de vernis. J'attire votre attention sur le fait que cette ingénieuse solution permettrait de surcroît de faire de sensibles  économies sur l'utilisation massive de coton hydrophile.

    Dans la même perspective et afin de limiter les graves menaces pesant sur la déforestation, nous ne pouvons qu'encourager les initiatives de certains commanditaires qui n'hésitent plus à éliminer des cahiers des charges le coût prohibitif des dossiers de traitement.  

    Enfin à propos de  la question cruciale des économies d'énergie, je voudrais vous soumettre une idée dont je ne suis pas peu fier. Ne pourrait-on pas imaginer interdire l'éclairage de nos églises et de nos musées ? Je sais, la chose parait saugrenue de prime abord, mais permettez-moi quand même de la défendre : non seulement la collectivité ferait un éco-geste en faisant baisser la facture d'électricité, mais imaginez dans le même temps les économies d'entretien et de restauration réalisées. En effet une œuvre mal éclairée n'a pas besoin d'être complètement restaurée : un simple « bichonnage » et une signalétique appropriée seraient alors largement suffisants à sa présentation. Enfin, ce n'est qu'une idée...

                                                                                                             Olivier Clérin


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :