• Une déconcentrée égarée dans les chiffres...

    L'actualité concernant le patrimoine est foisonnante ces jours ci ! J'ai donc mis mon week-end à profit pour consulter de plus près deux documents : le rapport de la cours des comptes et la présentation du budget du Ministère de la Culture. Et le tournis me prend ! Tout est donc si cloisonné au sein de l'Etat que les chiffres ne correspondent pas ?

    Commençons par le budget 2008. 300 M d'euros annoncés pour « l'entretien et la restauration des monuments historiques français »( ?), 200 M d'euros de « crédits déconcentrés » pour « les monuments historiques situés en région », soit une hausse de 15%, selon  le Ministère, gracieusement consentie aux déconcentrés.

    Continuons avec le rapport de la Cours des Comptes. Je vous passe les conclusions à propos des grands chantiers qui ont été vaguement médiatisées. Mais allons consulter l'annexe 1, au rayon « évolutions des dépenses ». Pour les opérations nationales et les grands travaux, nous sommes passés de 201 921 261 euros en 2001 à 260 290 281 euros en 2005. Quant aux opérations déconcentrées, la tendance est inverse : 227 266 256 en 2001 contre 214 090 248 en 2005. J'ai beau triturer mes méninges, je n'arrive pas à retrouver l'augmentation de 15% annoncée pour 2008 par le Ministère avec ses 200 M d'euros de crédits déconcentrés ! Alors, tant pis, je ne résiste pas à vous transmettre à nouveau une remarque contenue dans ce rapport : avec 1/3 des grands chantiers qui dépassent  leur coût initial de 40% (avec  la palme pour le Centre National de Danse à Pantin : 121% de dépassement), et une augmentation moyenne de 30%,  « les grands chantiers qui restent à achever représentent un risque financier élevé ».

    Ah ! J'allais oublier le rapport de M. Phillipe Nachbar déposé au Sénat le 24 octobre 2006 dont certains titres et sous-titres sont éloquents : « Des crédits déconcentrés sinistrés », « Les crédits déconcentrés dans les DRACs , une dégradation prononcée de la couverture des besoins ». Ce rapport, lui, estime que 167,5 M d'euros de crédits ont été supprimés au titre de l'entretien du patrimoine historique entre 2002 et 2005....

    Bref, de quoi se noyer dans cet océan disparate de chiffres... Et je ne vous parle pas du rapport d'information déposé par M. Christian Kert à l'Assemblée Nationale le 19 décembre 2006 où l'on peut lire : « C'est donc au niveau des crédits déconcentrés, mis à la disposition des directions régionales des affaires culturelles (DRAC), que la régulation budgétaire a fait les plus gros dégâts »....

    Combien de rapports de ce genre faudra-t-il pour que les déconcentrés de tout poils  réagissent  et ne laissent pas s'établir définitivement le rêve de certains que « la France, c'est Paris » ?

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>PS : pour ceux que cela intéresse, tous ces rapports sont facilement disponibles sur internet...

    Françoise TOLLON


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :