• Viva Espagna !

    Connaissant mon goût pour les  plaisirs de la table et de l'esprit, des amis espagnols m'ont récemment offert quelques délicieuses bouteilles de Ribera del Duero ainsi qu'un exemplaire de leur journal « Atapuerca ». Ce périodique gratuit, d'une quinzaine de page, recense régulièrement les découvertes archéologiques du célèbre site préhistorique qui ont permis notamment la définition de l' « Homo antecessor »[1]. Dans leur dernier numéro (n°24) Juan Luis Arsuaga[2] , codirecteur du site depuis 1991 et admis depuis peu à la prestigieuse « Real Academia de Doctores de Espana » a accordé une longue interview dont je ne résiste pas au plaisir de vous faire part. Voici, grâce aux talents de traductrice de ma charmante épouse, quelques extraits choisis :

    -Croyez-vous que la science soit conditionnée par des intérêts économiques ?
    -Bien sûr. Les plans d'investigation répondent à ces intérêts et devraient y répondre encore plus. Je suis utilitariste dans le sens que la science doit être au service de la société (...) je crois que nous sommes en train de faire une science appliquée, il y a tout une économie autour de notre travail. Nos investigations contribuent au développement du secteur des loisirs et de la culture. Lors de mes discussions avec les politiques j'insiste sur le fait que le premier secteur de l'économie mondiale est l'industrie des loisirs. Je leur dis que je ne veux pas parler avec le ministre de la culture mais avec celui de l'industrie, mon secteur c'est l'industrie. Dix millions pour fouiller un site c'est beaucoup d'argent mais ce n'est rien pour l'industrie et ce que nous sommes en train de faire en mettant en valeur ces ressources, c'est produire des richesses. Mais malgré mon insistance je crois qu'il faudra attendre la prochaine génération parce que la nôtre ne comprendra jamais. La majorité des gens et les politiques croient que la culture c'est superflu, quelque chose de cultivé, de raffiné, de bon goût, qui donne du prestige et ils ne se rendent pas compte que nous sommes en train de miser sur l'avenir.
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p><o:p> </o:p>-Quel futur ?
    -En Espagne nous avons perdu toutes les révolutions économiques : l'industrielle, l'informatique, la biotechnologique... nous avons loupé tous les trains imaginables. Qu'il nous reste au moins l'industrie culturelle. Et le Centre de l'Evolution Humaine sera une autre industrie, une autre importante ressource économique. Le patrimoine est notre source de richesse, c'est sur quoi doit se baser notre économie, nous n'en avons pas une autre. Et ce n'est pas une plaisanterie.
     <o:p> </o:p><o:p>            </o:p>Pour les archéologues, la découverte à Atarpuerca, en 2008, de fossiles plus anciens (1,8 millions d'années) trouvés après ceux de 1983 à Dmanisi (Géorgie, Caucase),  pose la question d'une colonisation pré-humaine de l'Europe occidentale depuis l'Est plutôt que depuis le Sud. Et bien pour moi, restaurateur, l'avenir pourrait bien venir du sud ...

    Olivier Clérin.
     


    [1]Voici ce que Wikipédia  nous apprends sur ce site :  L'histoire des recherches à Atapuerca commence en 1976, quand l'ingénieur des mines Trino Torres et l'anthropologue Emiliano Aguirre ont trouvé dans la montagne des fossiles d'ours préhistoriques, avec plusieurs fossiles humains. Les fouilles ont commencé en 1978 dans deux des trois gisements principaux, Gran Dolina et Sima de los Huesos.Le gisement de la Gran Dolina, dont la séquence est puissante de 18 mètres, a livré des vestiges dont l'âge est compris entre un million d'années et 100 000 ans avant le présent. Ces vestiges incluent des restes de l'espèce Homo antecessor ainsi que des outils, des ossements fossiles d'animaux et des pollens.Un premier fossile d'Homo antecessor était daté de 780 000 ans avant le présent. Un fragment de mandibule humaine associé à des objets en pierre taillée est désormais daté de 1,1 à 1,2 millions d'années, ce qui a fait reculer de 400 000 ans la date certaine de présence humaine en Europe [1].Homo antecessor pourrait être l'ancêtre de l'Homme de Néandertal et de l'homme moderne, Homo sapiens. Le fragment publié en 2008 étant proche de fossiles plus anciens (1,8 millions d'années) trouvés après 1983 à Dmanisi (Géorgie, Caucase), il pose la question d'une colonisation pré-humaine de l'Europe occidentale depuis l'Est plutôt que depuis le Sud.
    [2] Juan Luis Arsuaga codirecteur du Centre de l'Evolution Humaine (MEH), ou musée archéologique de Atapuerca (situé près de Burgos) est aussi maître de conférences du département de Paléontologie de la faculté de sciences géologiques de l'université Complutense de Madrid.
    <o:p> </o:p>

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :